[RDC-Tribune] André-Claudel Lubaya : « Le FCC est un amas de groupuscules d’intérêts mesquins, multiples et divergents, … »

[RDC-Tribune] André-Claudel Lubaya : « Le FCC est un amas de groupuscules d’intérêts mesquins, multiples et divergents, … »

Il y a 1 semaine Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 5 novembre 2018)-Se référant aux propos du Ministre de développement rural, Justin Bitakwira et du porte parole de la majorité présidentielle, André Atundu, le député national de l’opposition Claude-André Lubaya pense que le Front Commun pour le Congo est un amas de groupuscules d’intérêts mesquins, multiples et divergents, sans âme, sans projet ni vision pour la RDC. Ci-dessous, l’intégralité de sa réflexion.

A haute voix

Nature et raison d’être du FCC,
Révélations de Justin Bitakwira et Alain Atundu

«Le FCC c’est une méga plateforme pour le président, qui doit diriger ce pays pendant plus de 50 ans ou 80 ans…», ainsi révèle Justin Bitakwira sur Top Congo, dans l’une de ses éditions du dimanche 04 novembre, en réaction à la publication de l’équipe de campagne du candidat du FCC. « Quand on est membre du FCC, on est à la disposition de l’autorité morale », assène à son tour Alain Atundu.

En suivant la cacophonie, les contradictions et démentis suscités par la publication de cette équipe, deux faits combien révélateurs de la nature même du FCC et sa raison d’être retiennent notre attention :

1. Le FCC est un amas de groupuscules d’intérêts mesquins, multiples et divergents, sans âme, sans projet ni vision pour la RDC. Preuve, ils ont publié l’équipe de campagne avant le programme qui, en réalité, n’en est pas un et n’existe pas dès lors qu’il s’agit de la continuité des mêmes méthodes, mêmes pratiques avec les mêmes individus, plombés par l’usure et les illusions d’un pouvoir aux abois et qui n’ont comme seule ambition de faire de la RDC un butin à se partager. En son sein, comme l’a révélé Alain Atundu, porte-parole de la MP, la liberté de conscience n’existe pas. Les membres sont enchaînés et obligés de défendre des thèses auxquelles eux-mêmes ne croient pas !

2. La candidature du fameux dauphin -chose impensable et impossible dans une démocratie digne de ce nom- est une stratégie égoïste destinée à donner un pouvoir à vie à un homme, Joseph Kabila et porter ainsi un coup définitif au semblant de démocratie tel que vécu aujourd’hui avec ses limites certes. L’embrigadement de toutes les institutions constitutionnelles du pays au service du dauphin présumé découle de cette approche. Le soutien apporté par le FCC aux multiples choix de la CENI y compris à l’usage de la machine à voter avec un fichier non fiabilisé fait partie de cette stratégie.

A la lumière de ce qui précède, il y a lieu de reconnaître que pour le kabilisme, la malice reste le modus operandi. Il s’emploie chaque jour à déstructurer progressivement l’État pour bâtir ce funeste destin. Autrefois, le ministre Bitakwira passé en Maître es révélation avait déjà évoqué l’intention du FCC d’instaurer une «dictature du développement». Ce n’était qu’un ballon d’essai et aujourd’hui, il en rajoute une couche avec le «pouvoir à vie» pour Joseph Kabila. Il s’agit de ce que François Mitterrand appelait «le coup d’État permanent», bien ficelé, pour que sur les rives du fleuve Congo, 21 ans après la chute et la fuite de Mobutu, une nouvelle dictature s’installe pour plomber tous les espoirs démocratiques de notre peuple.

Face au péril sur le destin collectif que représente le monstre FCC, l’opposition aurait tout intérêt à faire émerger, en son sein et sans atermoiement, en communion avec le peuple, une candidature commune, seule voie pour faire échec au schéma monarchiste du FCC. Car il est désormais établi que le Congo est aujourd’hui divisé en deux factions avec deux projets diamétralement opposés. L’un militant pour la survie de la démocratie et l’autre pour son démantèlement définitif. Le premier projet est défendu par la frange républicaine constituée du peuple et des forces vives qui luttent pour l’alternance et l’avènement d’un État de droit véritable tandis que le second projet, maléfique, est soutenu par le FCC sous un pseudo nationaliste -souverainiste. Il est donc temps pour nos compatriotes de faire le choix entre ces deux projets en toute conscience et en tout patriotisme.

Honorable LUBAYA Claudel André
Président de l’UDA Originelle