[RDC-Report des scrutins] Michel Okongo exige la démission de Nangaa et l’arrêt du processus électoral

[RDC-Report des scrutins] Michel Okongo exige la démission de Nangaa et l’arrêt du processus électoral

Il y a 6 mois Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 22 décembre 2018)-Lors d’une point de presse organisé ce vendredi 21 décembre au siège de son parti, Me Michel Okongo, Président de l’Unité des Valeurs, a émis son regret quant au report des élections à la date du 30 décembre par la CENI.

Pour ce candidat qui s’est depuis plusieurs mois retiré du processus électoral actuel, la raison de l’incendie de l’entrepôt avancée pour justifier le report est une attitude déplacée de la part de la CENI et révèle la défaillance même de Corneille Nangaa et du Président Kabila dans la gestion du processus électoral.

Suite à ce troisième report depuis 2016, Me Michel Okongo ne voit que deux solutions. Celle de la démission immédiate de Corneille Nangaa, président de la CENI, et l’arrêt impératif du processus électoral actuel.

« Nous exigeons impérativement l’arrêt du processus électoral actuel qui n’est rien d’autre qu’une mascarade et qui n’aboutira malheureusement à aucun résultat répondant aux attentes du peuple congolais », a-t-il déclaré.

Le Président de l’Unité des Valeurs continue de penser qu’une transition sans le Président Kabila vaut sa raison d’être afin d’obtenir une bonne tenue des scrutins.

« Nous appelons enfin toutes les parties prenantes engagées au processus démocratique et électoral de se mettre autour d’une table de discussion et de dégager très rapidement des résolutions consensuelles pouvant nous permettre de définir un nouveau départ du processus électoral devant aboutir à la mise sur pied des institutions véritablement démocratiques et crédibles issues des élections démocratiques, transparentes, crédibles et inclusives dans un climat apaisé », a-t-il ajouté.

Pour l’heure, plusieurs autres composantes ont accepté ce report des élections et considèrent la nouvelle date du 30 décembre comme la dernière ligne rouge pour l’organisation des élections.

DEPECHE.CD