RDC-Nord-Kivu: le PFCGL sensibilise les journalistes sur la facilitation de commerce frontalier

RDC-Nord-Kivu: le PFCGL sensibilise les journalistes sur la facilitation de commerce frontalier

Il y a 2 semaines Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 04 juillet 2019)-Le directeur provincial du Projet de facilitation du commerce dans la région des grands lacs (PFCGL) a expliqué les missions de cette entreprise. C’était au cours d’un café de presse avec les journalistes de Goma.

En croire ses propos, ce projet consiste à faciliter le commerce transfrontalier en augmentant la capacité de commerce et en réduisant les coûts supportés par les commerçants en particulier les petits commerçants dans les zones frontalières pour le Nord et Sud Kivu.

Il y a lieu de rappeler que le PFCGL comprend en son sein 4 composantes pour la réussite de sa mission a indiqué son coordonnateur SHAMMAR SHAMALIRWA.

Il s’agit entre autres de l’amélioration des infrastructures et installations de base du commerce dans les zones frontalières à travers le renforcement de capacité du commerce par la construction des infrastructures commerciales transfrontalières et assurer le suivi de la construction des marchés transfrontaliers ; la mise en oeuvre des reformes de politique et de procédure et renforcement de capacité afin de faciliter le commerce frontalier des biens et services à travers les reformes politiques de la charte des commerçants ; la gestion basée sur la performance dans l’administration transfrontalière à travers la professionnalisation et gestion du changement dans les agences frontalières et enfin le soutien à la mise en oeuvre, à la communication et au suivi et évaluation du projet.

« La théorie du changement du PFCGL repose sur la thèse selon laquelle les plus forts impacts pour les commerçants résultent non seulement sur l’amélioration des infrastructures mais aussi sur l’amélioration des politiques et normes de la meilleure mise en oeuvre du suivi efficace de la performance des services de l’État à la frontière », a conclu Shammar Shamalirwa.

 

Dido Kayembe/DEPECHE.CD