[RDC-Médias] Mbandaka : JED s’insurge contre la condamnation d’un journaliste à 12 mois de prison

[RDC-Médias] Mbandaka : JED s’insurge contre la condamnation d’un journaliste à 12 mois de prison

Il y a 4 mois Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 4 mars 2019)-L’organisation de défense des droits des journalistes Journaliste en danger (JED), est contre la décision de la justice qui condamne à 12 mois de prison le journaliste Steeve Mwanyo Iwewe. La décision a été rendue, vendredi 1er mars 2019, par le tribunal de paix de Mbandaka. Le journaliste de la Radio-Télévision Sarah (RTS), chaîne émettant à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur (Nord-Ouest de la RD Congo), est aussi condamné à payer 200 dollars américains d’amande au profit du gouverneur de province. Jugé en « procédure de flagrance », le journaliste est condamné pour « outrage » au gouverneur de la province de l’Equateur, Bobo Boloko Bolumbu.

Selon nos sources, Steeve Mwanyo couvrait une manifestation organisée, le mercredi 27 février 2019,  par les agents de la Coordination provinciale de l’Environnement exigeant la rétrocession de 5 % des frais de fonctionnement de leur service par le gouvernement provincial. Arrivé sur les lieux de la manifestation pour s’enquérir de la situation, le gouverneur de province, M. Bobo Boloko Bolumbu, a donné l’ordre à l’un de ses collaborateurs d’empêcher le journaliste de filmer la manifestation.
Suite à la résistance du journaliste qui a répliqué en disant : « Vous êtes venu ici faire votre travail, laissez-moi aussi exercer le mien librement (…) »,  le gouverneur de province en colère aurait ordonné aux policiers présents d’arrêter le journaliste.
Steeve Mwanyo affirme avoir été battu avant d’être conduit dans les installations du commissariat de la police.
Les avocats du journaliste indiquent que leur client a subi un traitement inhumain. Trois autres journalistes de la même chaîne de télévision : Trésor Nsaebeinga, Yannick Vital Mbombo et Jean-Claude Mafundisho ont dit à JED qu’ils vivent dans la clandestinité depuis le jeudi 28 février 2019 par peur des représailles.

Journaliste en danger (JED) dénonce vigoureusement cette condamnation cavalière du journaliste qui fait honte à la justice congolaise.

DÉPÊCHE.CD