[RDC-Kananga] Regideso : installation des robinets publics dans la ville

[RDC-Kananga] Regideso : installation des robinets publics dans la ville

Il y a 6 jours Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 12 juillet 2019)-La Regideso sort ses griffes pour résoudre les déficits d’eau à Kananga qui, ce derniers temps, est considéré comme un luxe alors qu’elle est une denrée principale dont le manque entraîne automatiquement la mort.

Le programme de 100 jours du Président Félix Antoine TSHISEKEDI Tshilombo est ressenti sur une facette attirante. Un robinet public sur chaque avenue est l’oeuvre de la Regideso pour rapprocher ses abonnés et leur donné l’eau potable qui ne contient aucun microbes, c’est-à-dire incolore, inodore, insipide, et sans forme. La dotation est du gouvernement Central. Finies les maladies d’origines hydriques. La bonne santé revient. Un bon esprit dans un corps en bonne santé.

Pour accéder à l’acquisition de cette eau, les frais varient selon les capacités de récipients tels que bidon de 20 litres (150fc) , bassin (200fc),…

Selon les sources recoupées, la population consommatrice se retrouve. Les disputes d’eau autour de différents puits privés éparpillés à travers la ville vont disparaître.

Contactée, la Regideso souligne que les déploiements de robinets publics ont pour objet de diminuer les distances des abonnés vis-à-vis de bornes fontaines, ensuite se passer de plusieurs dettes contractées par différents clients insolvables.

Il faut souligner qu’avec l’obtention directe d’eau à partir de robinets publics, la société peut avoir facilement du carburant pour le bon fonctionnement de ses différentes machines et pour le payement du personnel. Les clients contactés apprécient à sa juste valeur ce néo-système qui apparaît à la surface et émettent les vœux de voir les agents de la Regideso qui sont commis aux niveaux de robinets publics d’être au dessus des anti-valeurs pour servir d’abord le peuple.

« La Regideso ne doit pas tâtonner. Elle doit mettre hors d’État de nuire tout personnel qui a l’esprit rétrograde. Les abonnés veulent apercevoir le tunnel et non le bout du tunnel », souligne un bénéficiaire.

 

Celé Tubadi/DEPECHE.CD