RDC-ESU : les cadres et agents ne veulent plus de Wivine Yenga au secrétariat Général

RDC-ESU : les cadres et agents ne veulent plus de Wivine Yenga au secrétariat Général

Il y a 1 semaine Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 12 juin 2019) -Journée sans travail aujourd’hui au secrétariat général de l’enseignement supérieur et universitaire. Les cadres et agents de cette administration ne veulent plus de Wivine Yenga, secrétaire générale suspendue par le Ministre de l’ESU, Marcel Ilunga Leu. A la grande surprise de tout le monde, ce matin ces agents se sont présentés au bureau avec des banderoles exigeant que la précitée ne mette plus ses pieds au secrétariat général parce que suspendue par un arrêté ministériel.


En dehors des griefs lui reprochés par sa hiérarchie, les agents reprochent à cette dame la megestion et la non-considération des personnels. Aussi, souligne un agent, « elle a laissé tout le pouvoir à son fils qui agit comme le seul maitre à bord. Il prend des décisions non conformes aux lois qui nous régissent et usent souvent des faux pour arriver à ses fins ».


Pour Prince Songe, Délégué syndical des services centraux, la situation est plus grave et demande l’intervention de la haute hiérarchie pour la suspension définitive de Wivine Yenga à l’ESU.
« Nous sommes des délégués syndicaux des services centraux du Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, nous avons saisi notre ministre en réservant copie à toutes les autorités du pays pour dénoncer la megestion, le népotisme et clientélisme que cette dame a instauré dans l’administration. Mais, bien avant cela, elle fait preuve d’une insubordination notoire vis-à-vis de sa hiérarchie et elle a été suspendue. Maintenant qu’elle est suspendue par arrêté ministériel, elle ne peut pas continuer à travailler d’autant plus qu’il y a déjà un intérimaire », a-t-il déclaré.


Mais, poursuit-il, curieusement Madame Wivine Yenga continue à occuper les bureaux et travaille normalement alors qu’il n’y a pas eu d’acte abrogeant sa suspension.


« Avez-vous déjà vu une personne suspendue prendre possession des bureaux ? Voilà pourquoi nous avons pris la décision ferme de l’empêcher, désormais, d’accéder dans les bureaux. Nous l’attendons ici aujourd’hui, qu’elle vienne travailler en cachette comme elle en a l’habitude. Pour nous, délégation syndicale, et tous les agents de l’ESU, il s’agit là d’une entorse administrative qui mérite punition ou même radiation de l’administration », a-t-il expliqué.

DEPECHE.CD