[RDC-ESU] La Monusco serait-elle au centre des désordres ce matin à l’ISTA ?

[RDC-ESU] La Monusco serait-elle au centre des désordres ce matin à l’ISTA ?

Il y a 5 mois Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 14 mai 2018) – Tout allait bien ce lundi 14 mai 2018 avant que les deux jeeps de la monusco stationnent à la porte de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées, ISTA en sigle, souligne un membre du comité de gestion de cet établissement d’Enseignement Supérieur et Universitaire.

Aussitôt arrivés, soulignent quelques étudiants, les éléments de la Monusco se sont livrés à un jeu de questions réponses avec les étudiants. « est-ce que votre problème de transport a trouvé des solutions ? Qu’en est-il de la marche prévue aujourd’hui? », a interrogé un élément  de la Monusco.

Juste après ces questions les étudiants ont commencé à se regrouper juste devant cet alma mater. Curieusement il y a même eu une bagarre entre les pro et contre marche et un groupe des étudiants sont rapidement sortis dans la rue pour commencer finalement la marche.

Cette information est confirmée par les autorités académiques de cet établissement d’Enseignement Supérieur et Universitaire.

« Ce lundi 14 mai à 10 h, 2 jeeps de ceux qui sont censés maintenir la paix en RDC se sont arrêtées à l’entrée de l’ISTA, demandant à quelques étudiants si leur problème était réglé ! Exécutant sûrement un consigne, quelqu’un a sifflé et le désordre a commencé !  Nous dénonçons cette manipulation », a réagit le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi.

Contacté, la Monusco affirme qu’elle a bel et bien envoyé une équipe non seulement à l’ISTA mais tous les établissements de la capitale pour observer.

« Ce matin, comme on avait appris que les étudiants allaient protester contre l’augmentation du prix de transport, nous avons envoyé une équipe composé des collègues de droit de l’homme et de la police de la monusco pour observer la situation, comme on le fait à chaque fois qu’il s’agit des manifestations.  Donc, ils sont effectivement allés à l’ISTA, aussi dans toutes les universités mais dans un rôle d’observation, ils n’ont pas pris part à ces manifestations », a fait savoir Florence Marshall, porte-parole de la Monusco.

Pour rappel, en ce qui concerne les revendications relatifs aux problèmes de la hausse de prix de transport, il y a lieu de souligner que le gouvernement avait déjà trouvé une solution en négociant avec les sociétés de transport public qui ont accepté que les étudiants continuent à payer 500 FC au lieu de 700 FC. Donc, la prétendue marche de ce matin n’avait pas sa raison d’être.

DEPECHE.CD