[RDC-Conflit parcellaire] Selembao : le pasteur de l’église « Christ Notre Joie » dénonce les menaces de mort d’un Major de la PNC

[RDC-Conflit parcellaire] Selembao : le pasteur de l’église « Christ Notre Joie » dénonce les menaces de mort d’un Major de la PNC

Il y a 3 semaines Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 21 octobre 2018)-Il s’agit de la parcelle n°24.019 du plan cadastral de la commune de Selembao, couverte par le certificat d’enregistrement vol.AF 108 Follo 35 et propriété de l’église « Christ Notre Joie ». Selon le document parvenu à la rédaction de dépêche.cd, cette parcelle a été acquise en vertu de la vente conclue en 2006 entre feu papa Madiata Bondo et Monsieur Kiadi, alors Pasteur adjoint de l’Eglise pré-nominée. Seulement 12 ans après, la parcelle est revendue au Major Faustin Numbi de la Police Nationale Congolaise par l’un des orphelins de papa Madiata. C’est qui fait deux propriétaires pour une même parcelle.

Dans une correspondance adressée au Ministre de l’Intérieur, la Pasteur Benjamin Lona, responsable de l’Eglise Christ Notre Joie, explique les faits en ces termes : « le premier septembre de l’année en cours, à la grande surprise de tous les chrétiens et du pasteur titulaire de cette église, une partie de la même parcelle a été revendue sans qualité, ni titre, ni droit par Monsieur Nsimba Madiata, l’un des orphelins de feu Papa Madiata, en complicité avec Madame Hélène Mbese, l’une des veuves, qui pourtant avait assisté à la conclusion de la vente en faveur de l’Eglise en son temps, au Commissaire Supérieur adjoint Numbi Kalenge Faustin ».

A notre étonnement, poursuit le pasteur, le Commissaire Supérieur Adjoint, pourtant escroqué comme nous, au lieu de poursuivre les auteurs de ce forfait, multiplie des menaces de mort, injures, intimidations et enlèvements de tous ceux qui ceux qui s’opposent à cet acte.

« Aussi, il s’est arrogé le pouvoir de déplacer les bornes placées par le cadastre et à démarrer les travaux de construction alors que le dossier est en justice. Usant de sa position, il a refusé d’obtempérer à la lettre du tribunal lui interdisant de poursuivre les travaux », a dénoncé le pasteur Binjamin Lona qui s’est dit faire l’objet de plusieurs menaces de mort.

Le numéro 1 de l’église Christ Notre Joie, vit, a-t-on appris, en cavale, loin de sa famille biologique et chrétienne de peur d’être traqué et amener dans un lieu inconnu. Face à toute cette situation, l’église appelle les autorités compétentes a trouver une solution définitive à ce problème car, soutient quelques membres de l’église, les vies sont en danger.

Un appel pressant est aussi lancé à l’endroit du Ministre des affaires foncières, Me Lumeya-dhu-Maleghi dont la promptitude dans la gestion des conflits parcellaires n’est plus à démontrer.

DEPECHE.CD