[Enquete]Conflit entre Tshopo et Maniema : des habitants devenus originaires des deux provinces

[Enquete]Conflit entre Tshopo et Maniema : des habitants devenus originaires des deux provinces

Il y a 11 mois Non Par La rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

Les habitants de ce coin du pays victimes d’un conflit des limites. Une situation qui dure depuis bientôt près de 3 ans.

  Le torchon brule entre la province de la Tshopo et celle du Maniema  qui ne s’accordent pas sur le tracé des limites de leur frontière commune. Si les autorités de la Tshopo reconnaissent la rivière Mengwe comme limite naturelle commune à ces deux provinces, celles du Maniema évoquent plutôt des collines. Ces limites ont été déplacées à plus d’une cinquantaine de km. Plusieurs villages de la Tshopo se sont ainsi retrouvés dans le Maniema.

Autorités politico -administratives, services de sécurité et population concernées parlent un langage des sourds.

 Mais pourquoi le gouvernement n’agit-il pas ?

Cette situation engendre une forte polémique. « Nous avons le secteur d’Obotoke qui est dans le territoire de Lubutu dans lequel on trouve un groupement : Banali. C’est ce groupement dont une partie est prétendue appartenir à la Tshopo, selon les déclarations des autorités de cette province. Effectivement, ils ont occupé cette partie pendant quelques années mais nous avons contesté cela », explique Bonaventure Zakuani, ministre provincial de l’Intérieur du Maniema.

Il enchaine : « Au regard de notre carte, depuis 1958, vous trouverez que cette partie a toujours été administrée par le territoire de Lubutu. Et tous les villages repris sur la carte appartiennent à Lubutu. Je peux citer : Lemba, Ubundu I et Ubundu II. 

 Du côté de la Tshopo, ils ne manquent pas non plus d’arguments. Maurice Abibu, ministre provincial de l’Intérieur de la Tshopo explique : « En son temps, la limite entre le Maniema et la province Orientale se situait au PK 2002 sur l’axe KisanganiUbutu. En 1984, le professeur Lombeya qui était gouverneur de la province orientale avec son collègue Omari Leya sisi du Maniema avait trouvé un compromis qui n’a pas de traces dans les annales de la province. Ce dernier avait dépêché son vice-gouverneur. Ils ont déplacé la limite de 202 Km à 175 km au village Metende. Curieusement en 2014, les mêmes velléités sont arrivées et l’actuel gouverneur du Maniema Son Excellence Tutu Salumu s’est donné le culot de déplacer la limite jusqu’à 157 Km. »

Conflit d’interet?

Les relations déjà tendues entre les deux provinces se sont encore envenimées depuis qu’en Février 2017, la CENI a lancé l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs au Maniema et depuis 1 mois, dans la Tshopo; dans cette dernière province, la CENI n’a pas pu déployer le Kit électoral au PK 162, dernier centre d’enrôlement.

Bref, à ce jour certains habitants des coins disputés se retrouvent avec 2 cartes d’électeur donc appartiennent aux 2 provinces :

Que pensent les autorités ?

Au-delà de la bataille des sièges électoraux, certains se demandent si ce conflit n’est pas non plus lié aux richesses notamment minières que cette zone regorgerait.

Pour le géographe, Albert Mbuyi, directeur de l’Institut géographique qui s’est referé à une carte, « S’ils sont allés poser une barrière avant Mengwe, ils l’ont mal posée. A partir de la Route Nationale n°3 (RN3), ils doivent mettre leur frontière à Ambala, pas ailleurs».

 Quant au ministre de l’intérieur interrogé en dernier lieu, une équipe d’experts a déjà été envoyée sur place en vue de la délimitation de ces deux provinces :

Aussi, a-t-il ajouté, les deux gouverneurs ont été invités à Kinshasa en vue d’une solution durable.

Nous apprenons par ailleurs que l’affaire a ete portée au niveau du chef de l’Etat lors de la dernière réunion du conseil des ministres et que Joseph Kabila aurait promis de s’y pencher.

 DÉPÊCHE.CD