[Élections des gouverneurs au Haut-Katanga et Tshuapa] Thomas Lokondo : « les deux cours d’appel doivent être inspirées du cas du Kenya et dire le droit »

0
196

(Kinshasa, le 9 septembre 2017)-« Mes idées sont claires comme l’eau de roche sur les cas de la Tshuapa et du Haut Katanga. Je crois que là il y a eu une entorse à la Constitution et aux lois qui régissent l’Etat. Vous savez notre Constitution à son article 168 dit que les arrêts de la Cour Constitutionnelle sont susceptibles d’aucun recours,… ils sont obligatoires et  s’imposent au pouvoir public, à toute les autorités administratifs et juridictionnelle, civiles et militaires ainsi qu’aux particuliers. Et l’article 151 de la même Constitution dit que le pouvoir Exécutif ne peut donner d’injonctions aux juges dans l’exercice de sa juridiction, ni statuer sur les différents, ni entraver le cours de la justice, ni s’opposer à une décision de la justice. Donc, moi je crois que la CENI a organisé des élections dans deux provinces où il n’y avait pas vacance « , réagit Henri Thomas Lokondo à la perche de Depeche.cd suite aux élections des Gouverneurs organisées à la Tshuapa et au Haut Katanga. Où, respectivement, Cyprien Lomboto et Kazembe avaient le droit de jouissance de l’Imperium du pouvoir Exécutif.

Pour ce Député national, les yeux sont désormais braqués sur les Cours d’Appels de ces deux provinces. Après le cas survenu au Kenya où la Cour Suprême, au nom de la séparation effective des pouvoirs, a annulé les résultats de l’élection présidentielle suite aux fraudes, Lokondo estime que lesdits Cours d’appels doivent se sentir interpellés et, de ce fait, puisse dire le droit. « Ce qui s’est passé au Kenya est inédit, c’est la beauté de la démocratie. Je crois qu’il doit y avoir un sursaut d’orgueil. Moi, si j’étais juge dans l’une des Cours, j’allais dire que ces élections sont annulées parce qu’il y a deux  arrêts de la Cour Constitutionnelle  qui ont rétabli les deux Gouverneurs donc il n’y avait pas vacance. Si au niveau des Cours et Tribunaux, eux mêmes ne peuvent pas à respecter les arrêts de la Cour Constitutionnelle, on va complément la démonétisé. On attend, on va voir comment ces Cours vont agir. On doit faire les choses selon la loi, selon les normes », dixit Henri Thomas Lokondo.

Toujours à la perche de Dépêche.cd, cet élu a confié sa petite réaction suite à la chute de Tony Bolamba à la tête de la province de l’équateur. Selon lui, c’est bien dommage cette fin. Toutefois, cette mésaventure relève d’une part du manque d’écoute du concerné et de l’autre du manque d’expertise ainsi que maitrise de l’heureux élu de la MP choisit pour chapeauter cette province. Ainsi, d’après lui, il faut que la majorité, dans le cadre du prochain élection, choisissent un candidat qui saura réunir ces qualités.

DÉPÊCHE.CD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here