Assemblée Nationale : Zéro plénière en 7 jours, les députés chôment… mais ils seront payés

Assemblée Nationale : Zéro plénière en 7 jours, les députés chôment… mais ils seront payés

mai 8, 2017 Non Par La Rédaction
Vous avez aimé ? Partagez !

(Kinshasa, le 08 Mai 2017) – Alors qu’ils sont en pleine session ordinaire, les élus du peuple n’ont siégé à aucune séance plénière sept jours durant. Leurs électeurs observent que c’est depuis le samedi 29 Avril qu’ils ont eu leur dernière plénière. Ce jour là, il était question de la recevabilité de la proposition de Loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour de comptes. Depuis lors, plus rien. Les élus nationaux  » tournent les pouces » allègrement.

Est ce à cause du cumul de fonctions du Président de l’Assemblée nationale qui est à la fois Secrétaire Général de la Majorité Présidentielle, Président de l’Association de Parlements Francophones, Administrateur de la BCDC et sans oublier Président d’honneur de l’équipe de football Daring Club ?

A en croire certains élus, Aubin Minaku serait très engagé à s’occuper des tractations politiques liées à la formation du Gouvernement Tshibala et aux perspectives d’application de l’Accord de la Saint Sylvestre. Les travaux de la chambre basse sont dès lors sacrifiés au profit du toilettage des listes des ministrables tant de la Majorité Présidentielle que de l’Opposition.

Toutefois, le Bureau de l’Assemblée nationale pourrait se consoler des travaux annoncés à la commission Politique Administrative et Juridique, laquelle devait siéger autour de la loi modifiant celle de la Cour constitutionnelle ainsi que celle sur le code l’Organisation et Compétence judiciaire. Cela, en date du 29 Avril et 2 Mai derniers.

Dans l’opinion, le Bureau de l’Assemblée nationale a plus de responsabilité dans cette situation qui fait chômer les élus du peuple alors que les matières inscrites à l’ordre du jour de la session prennent du retard d’examen. Sans compter le fait que le Trésor Public payera leurs émoluments pour avoir chômés. C’est grave!

Dans ce contexte de crise politique non résolue jusque-là, estiment certains observateurs, les acteurs sont plus préoccupés à régler le problème de leur survie politique. Entre les intérêts personnels et ceux du peuple, leur choix ne peut qu’être clair.

DEPECHE.CD